Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

starmania.jpg


Comédie musicale inspirée de la tragédie humaine, "Starmania" dénonce la lutte des pouvoirs pour la prise de Monopolis, la nouvelle capitale de l'Occident.


MONOPOLIS, nouvelle capitale de l'Occident, est terrorisée par les Etoiles Noires, une bande ayant pour chef Johnny Rockfort qui agit sous l'emprise de Sadia, une étudiante agitatrice, une fille de la haute société, qui se travestit le soir pour descendre dans les souterrains et donner des ordres. Ils se rencontrent tous à l'Underground Café, sous le regard amusé de Marie-Jeanne, la serveuse automate.

Au-dessus de ce café souterrain s'élève la Tour Dorée, un building de cent étages au sommet duquel se situe le bureau de Zéro Janvier, milliardaire qui se lance dans la politique en devenant candidat à la présidence de l'Occident. Il base sa campagne électorale sur le retour à l'ordre et sur l'édification du nouveau monde atomique. Il devient ainsi l'ennemi juré de Johnny Rockfort et des Etoiles Noires.

C'est dans ce contexte que se nouent trois histoires d'amour parallèles : l'amour impossible de Marie-Jeanne pour Ziggy, le jeune disquaire androgyne et mythomane, l'idylle sensationnelle de Zéro Janvier avec Stella Spotlight, un sex-symbol qui vient de faire ses adieux au cinéma et enfin l'amour-passion de Johnny Rockfort et de Cristal, véritable noeud de l'intrigue.

Cristal, présentatrice-vedette d'un show de télévision intitulé "Starmania", reçoit un coup de téléphone de Sadia qui lui propose une interview clandestine avec Johnny Rockfort, dont nul ne connaît le visage. Le Rendez-vous a lieu à l'Underground Café. Cristal et Johnny ont un coup de foudre immédiat l'un pour l'autre et elle s'enfuit avec lui. Sadia perd ainsi son emprise sur le chef des Etoiles Noires. Cristal décide dès lors de devenir le porte-parole des Etoiles Noires en envoyant des messages pirates grâce à une caméra à neutrons qui lui permet de s'emparer des ondes de télévision.

Sadia, furieuse de jalousie, ira dénoncer Johnny et Cristal à Zéro Janvier, le soir où celui-ci célèbre ses fiançailles avec Stella Spotlight au Naziland, une gigantesque discothèque tournante qui surplombe Monopolis. Les étoiles noires avaient choisi justement ce soir-là pour faire exploser une bombe dans la Tour Dorée.

Les hommes de Zéro Janvier poursuivent les Etoiles Noires. Cristal est touchée et meurt dans les bras de Johnny. L'ombre de Johnny Rockfort planera sur la victoire de Zéro Janvier, élu président de l'Occident. Terrorisme contre totalitarisme, deux forces vives qui s'opposent, deux dangers qui menacent le monde.

Stella Spotlight, dégoûtée du pouvoir, retourne à son rêve d'immortalité. Marie-Jeanne quitte le monde des souterrains à la recherche du soleil.




"Starmania ", c'est d'abord l'histoire d'une rencontre, celle de Michel Berger et de Luc Plamondon. Le compositeur français, grand admirateur du parolier canadien, lui dit qu'il souhaite collaborer avec lui.

Trois années s’écoulent entre l’écriture et l’enregistrement de l’opéra-rock de Michel Berger et de Luc Plamondon. 
La première version de "Starmania"  voit le jour en 1978.

Pour ce premier album, sous titré  "Starmania ou la Passion de Johnny Rockfort selon les évangiles télévisés", les auteurs choisissent deux artistes canadiens, déjà confirmés :
Diane Dufresne (Stella Spotlight) qui a, alors, plusieurs succès à son actif et Claude Dubois (Zéro Janvier). 

Pour camper Johnny Rockfort, est choisi un chanteur encore inconnu du public, un certain Daniel Balavoine , Fabienne Thibeault pour le rôle de Marie-Jeanne, et pour incarner Cristal, France Gall, déjà connue dans un autre registre.

Ces artistes, mais également le thème universel de cet opéra-rock, vont largement contribuer au succès des chansons de "Starmania"  avec entre autres : " Les uns contre les autres ", "Le monde est stone", "Le blues du businessman", "La complainte de la serveuse automate", "Quand on arrive en ville"  , "SOS d'un terrien en détresse" ou encore "La chanson de Ziggy" deviennent des tubes.


 

                          

                      Le blues du businessman - Claude Dubois



Le disque est sacré double album d'or en France. L’opus devient numéro 1 des ventes au Canada.


"Starmania" est présenté pour la première fois le 10 avril 1979, au Palais des congrès de Paris, avec une mise en scène de Tom O’Horgan. La comédie musicale rassemble une quarantaine d’artistes sur scène, chanteurs, danseurs, musiciens et choristes.

Le succès quasi immédiat de ce spectacle chanté ne va pas se démentir au fil des ans. Joué évidemment à Paris et au Québec, l’opéra-rock fait également l’objet de représentations à Moscou ou encore à Madrid.

A Londres, "Starmania" devient " Tycoon ". Le livret est signé par Tim Rice. Cindy Lauper interprète la chanson " The world is stone " et se classe en tête des ventes aux Etats-Unis.
Kim Carnes, Céline Dion, Tom Jones, Nina Hagen, Matt et Luke Goss, Willy Deville, Kevin Robinson, Ronnie Spector ou encore Peter Kingsbery participent à l’album qui sort en 1992. 

 


Trente ans après sa création, "Starmania" n’a rien perdu de son aura. 
Pour preuve, année après année, l’œuvre de Michel Berger et de Luc Plamondon fait l’objet de nouvelles versions scéniques mais également discographiques. 


Ce succès qui perdure s’explique par des thématiques qui demeurent d’actualité comme la manipulation médiatique ou encore la lutte des pouvoirs.

 

 

photo : http://www.dbalavoine.com/



Tag(s) : #Musique
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :