Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je fais bien sûr d'abord allusion à ce merveilleux poème de Raimbaud mis bien des années plus tard en musique par Léo Ferré :

"On n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans
Un beau soir, foin des bocks et de la limonade,
Des cafés tapageurs aux lustres éclatants !
On va sous les tilleuls verts de la promenade.

Les tilleuls sentent bon dans les bons soirs de juin !
L'air est parfois si doux, qu'on ferme la paupière ;
Le vent chargé de bruits, - la ville n'est pas loin, -
A des parfums de vigne et des parfums de bière...

Voilà qu'on aperçoit un tout petit chiffon
D'azur sombre, encadré d'une petite branche,
Piqué d'une mauvaise étoile, qui se fond
Avec de doux frissons, petite et toute blanche...

Nuit de juin ! Dix-sept ans ! On se laisse griser.
La sève est du champagne et vous monte à la tête...
On divague, on se sent aux lèvres un baiser
Qui palpite là, comme une petite bête...

Le coeur fou robinsonne à travers les romans,
Lorsque, dans la clarté d'une pâle réverbère,
Passe une demoiselle aux petits airs charmants,
Sous l'ombre du faux-col effrayant de son père...

Et, comme elle vous trouve immensément naïf,
Tout en faisant trotter ses petites bottines,
Elle se tourne, alerte, et d'un mouvement vif...
Sur vos lèvres alors meurent les cavatines...

Vous êtes amoureux. Loué jusqu'au mois d'août.
Vous êtes amoureux. Vos sonnets la font rire.
Tous vos amis s'en vont, vous êtes mauvais goût.
Puis l'adorée, un soir, a daigné vous écrire !...

Ce soir-là,... vous rentrez aux cafés éclatants,
Vous demandez des bocks ou de la limonade...
On n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans
Et qu'on a des tilleuls verts sur la promenade."



À dix-sept ans, j'étais dans ma période "je veux et je dois parler couramment anglais" car j'aimais les Beatles, les Stones, Elton John, les Who ... et j'allais régulièrement en Angleterre.
J'y suis partie cette année-là tout un été dans une famille recommandée par des voisins de mes parents car ces gens -adorables- avaient déjà accueilli leur fille.
C'était à Southend on sea, dans le sud du pays comme son nom l'indique ... et j'ai très vite traîné dans le théatre de la ville : Le Palace Theatre

C'était un théâtre de troupe qui enchaînait spectacles musicaux et pièces et tout ce petit monde m'a vite adoptée. J'y ai travaillé pendant presque deux mois en tant qu'accessoiriste et en revenant à Paris, un peu triste de rentrer, je parlais couramment l'anglais et j'étais transformée, relookée ! mon père ne m'a pas reconnue à l'aéroport : coupe afro, mini-robe chasuble marron avec un T-Shirt panthère, des chaussettes barriolées un peu hautes arrivant au milieu des genoux, un imperméable rouge vermillon et des pompes (ya pas d'autre mot) noires à boucles compensées style Elton John !!!

D'un style un peu classique presque sage, j'étais passée à celui de zazou et cela a perduré quelques bonnes années. J'ai rapporté des pulls shetland bien sûr, mais j'ai renouvelé aussi la gamme de cravates trop sobres de mon père : je me souviens de ma mère lui disant : tu pars travailler (il était ingénieur) avec ça !! et bien si c'était moi qui te l'avais offerte tu m'aurais dit que j'étais folle !

Et surtout, se trouvaient également dans ma valise des sous-vêtements de toutes les couleurs, les plus flashies possibles pour toute ma famille ... qui les a portés ! Il n'y avait pas dans les années 70 de sous-vêtements fun dans les boutiques parisiennes, je les trouvais vraiment tristes et horriblement classiques !

Pendant quelques années, à chaque fois que j'allais à Londres, j'en faisais une provision pour des années !!! Mais je ne me limitais pas aux sous-vêtements ! Le reste allait avec : de la couleur avant tout chose !!! Quelques "fringues" mais aussi des chaussures. J'avais du succès avec ça : les copains et les copines me demandaient où je les avais achetées !

17 ans ... Cet âge fut aussi merveilleusement chanté et célébré par Janis Ian, auteur-compositeur-interprète née dans le Bronx en 1951.

Dans les années 1970, elle écrit et chante sa fameuse sa chanson "At Seventeen"  : elle  se vend à plus d'un million d'exemplaires et Janis Ian remporte deux Grammy Awards pour son l'album "Between the Lines". Cette chanson sera reprise en 1975 par Claude François sous le titre 17 ans et deux ans plus tard par Françoise Hardy.

Écoutez plus tôt, c'est un bijou, empreint d'une nostalgie qui parlera à bon nombre d'entre vous, je l'espère, quelle que soit la période où vous avez eu 17 ans ...


Janis Ian - At seventeen


ps : je porte toujours des sous-vêtements de couleur !


Tag(s) : #Vécu !
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :