Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog





C'est sur paris Première à 20H50 ce samedi 15 novembre :
"Hier, aujourd'hui, demain" texte de Guy Bedos & jean-Loup Dabadie.

J'aurai donc rendez-vous avec lui comme ce fut le cas régulièrement depuis des années. Je suis allée voir tous les spectacles avec Guy Bedos en solo, en duo et dans des pièces de théâtre.

"L’humour libre est une preuve de démocratie. A contrario, les dictatures plus ou moins affichées ne s’en sont jamais accommodées. A travers l’espace et le temps, il est urgent de se souvenir des méfaits du stalinisme, du maccarthysme, du pétainisme et de tous ces néo-nazismes qui censurent, menacent, désespèrent, emprisonnent, assassinent les bouffons shakespeariens qui auront eu l’audace de clamer que le roi est nu.

Aujourd’hui encore, l’esprit de censure étant bien partagé, de la Russie de Poutine à l’Amérique de Bush, que dire de la Tunisie de Ben Ali, de l’Algérie de Bouteflika et des prudences alaouites du Maroc de Mohammed VI ? Et la renommée des grands clowns israéliens sous Sharon ou iraniens sous Ahmadinejad n’est pas parvenue jusqu’à moi. Ici, en France, pour avoir été moi-même black-listé sous Giscard – j’y ai survécu – il ne m’a pas échappé que le pays des droits de l’homme est une démocratie à géométrie variable et que le rire résistant, cerné par les reptiles obligés de certains tréteaux médiatiques, doit avancer, sous quelque régime que ce soit, dans l’insouciance et la gaîté,
mais le couteau à la main. Hier, aujourd’hui. En attendant demain
."

Guy Bedos


Avant, pendant et après le spectacle, il fut longuement applaudi. Salle en grande partie acquise, certes, mais sa prestation a prouvé que la retraite de ce type de "one-man-show" qu'il a décidé de prendre arrive bien trop tôt.
Son humour féroce, voire carrément noir parfois est toujours souverain.

Mêlant sketches déjà connus, tels "Si j'étais une femme"... à une revue de presse forcément fraîche, le regard de l'humoriste sur la situation politique était évidemment très attendu.

Il n'a pas déçu, se déchaînant presque autant contre une gauche muette et/ou rachetée par la droite ("comme des joueurs de football", comparant à cette occasion les méthodes du Président à celles de Bernard Tapie) que contre les dirigeants actuels.

Hortefeux ? " Il sent trop le blanc ". Boutin ? " Je laisse Christine Boutin, catholique pratiquante, face à son miroir ". Il décoche aussi quelques flèches contre Johnny Hallyday " Réfugié fiscal suisse, belge, monégasque, on ne sait plus très bien ", et autres artistes de " la Concorde ", remarquant qu"on a les soutiens culturels qu'on mérite ".

Mais le point rouge de sa cible reste bien sûr celui qu'il appelle "le nain", " little big ", " Tom Pouce " ou encore " Nabot-léon ", le plus savoureux de ces qualificatifs étant sans doute " le cocu ontologique "...

Guy Bedos affirme vouloir se consacrer désormais au théâtre, au cinéma et à l'écriture. C'est un choix que l'on regrette, tant il est peu évident que dans le domaine de la satire politique la relève soit assurée.

" Sur ce point, ma vie est un échec absolu. Je n'ai jamais cessé de combattre le racisme, les discriminations, les injustices sociales, de plaider pour les déshérités et les sans-papiers. Or plus je radote, plus je m'énerve, et plus la situation empire (...) Je suis allé voir Mitterrand, Jospin, Chevènement, Sarkozy, et ça n'a servi à rien. Dans le privé et les salons dorés, tous ces hommes m'ont donné raison, et ils ont toujours fait le contraire. "



Que répondre à cela ? Que son humour est nécessaire et qu'il nous manque déjà.


Actualité de Guy Bedos :

Il publie "Le Jour et l'heure" chez Stock (15 euros)
 
" La liberté du roman me permet, par le biais d'un personnage, d'évoquer le droit de mourir dans la dignité " confie l’auteur.


" Ce n'est pas moi, mais mon petit cousin. Même s'il est bien plus malheureux que moi, mon personnage aime la vie, les femmes... C'est un hédoniste pas pressé d'en finir. Il veut juste se donner le droit de le faire ".

" Le Jour et l'heure est un livre d'amour, pas seulement de mort ".


Tag(s) : #Coup de coeur

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :