Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Les-Barios.jpg

 

Quand j'étais toute môme, les clowns ne me faisaient pas rire. La première fois que j'en ai vu sur scène, je devais avoir 6 ans. C'était au Noël de l'entreprise où travaillait mon père et j'ai eu la sensation étrange qu'ils étaient tristes, voire désespérés. Fière, et face aux rires alentours et à mes parents qui guettaient nos réactions, j'ai caché cette quasi angoisse. Je me souviens aussi qu'une petite fille s'était mise à pleurer à tel point que ses parents avaient dû l'emmener hors de la salle de spectacle.

Les clowns étaient pour moi des personnages qui tentaient de nous inviter à rire d'une situation plutôt que de nous laisser aller à être triste et tachaient de faire de même. En fait, je découvrais que le comique prend souvent sa source dans ce qui pourrait être tragique et que le rire est une réaction salvatrice (je corrige car je viens d'écrire "salvatriste" en vous rédigeant ce billet !) face au chagrin ou la colère ou la crainte qui peuvent nous envahir face à un problème.

Quelques années plus tard, alors que nos parents avaient enfin acheté une télévision, je découvris les Barios. Je fus immédiatement à la fois séduite par leur talent et leur complicité et emportée par le rire. La particularité des Barios était qu'ils formaient un trio et que c'était une femme qui menait le jeu, ce qui n'existait pas encore à l'époque dans les numéros de fantaisistes. Les partenaires féminines des artistes avaient souvent le rôle de l'élément de charme et, par la même occasion, se rendaient utiles en passant les accessoires aux magiciens ou transformistes.

 

 

Henny, c'est son prénom, était elle-même magicienne, pétillante et jolie et jouait des tours à ses deux compères. Elle leur tendait des pièges malicieux dans lesquels ils plongeaient bien évidemment. Elle prenait un malin plaisir à leur confier des tâches afin de tenter de les responsabiliser. Vaste entreprise. Les deux compères voulaient échapper aux tentatives de leur amie de les éduquer et ils accumulaient bourdes et catastrophes matérielles en cascade.

 

Les Barios - Le gâteau

 

Ces trois artistes faisaient bien évidemment partie de la grande famille du cirque et d'une vraie famille à la ville. C'est son mari Freddy et son beau-frère Nello que Henny est partie rejoindre ce 30 décembre 2011. Qu'est-ce qu'ils ont dû faire comme conneries là-haut depuis le temps qu'ils sont partis. Elle s'en est allée pour y remettre bon ordre.

 

Henny-Freddy-Nello.jpg

Nello, Henny, Freddy

 

À vous qui découvrez ce blog ou qui venez me rendre visite de temps à autre, je vous souhaite, pour les années à venir, d'avoir ce regard tendre et indulgent face aux charmantes bêtises de celles et ceux qui ne veulent pas devenir adultes... et d'en rire.

 

 

Source info  © La Scène © Agence France-Presse
 
Tag(s) : #Coup de coeur

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :