Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

sanglier.jpeg

 

Figurez-vous que parmi les domaines que possède la présidence de la république, il en existe avec des résidents permanents, autres que le personnel de la maintenance des lieux.

Ils sont à Marly-le-Roi et Rambouillet, dans les Yvelines, et Chambord, dans le Loir-et-Cher, et leurs terres abritent toute une faune, du petit gibier au gros sanglier.

Depuis des années, des chasses y étaient organisées, en présence du président et de prestigieux invités : diplomates, hauts fonctionnaires, élus, industriels...
Le Général de Gaulle assistait à la première d'entre elles, Pompidou et Giscard d'Estaing, amateurs de chasse, y participaient, Mitterrand les ayant en horreur se faisait représenter, et Chirac les avaient supprimées.

Mais il était possible, que très ponctuellement, pour recevoir de façon originale et bucolique un chef d'état, on rouvre une de ces chasses. Ce fut le cas la dernière fois, en 2007, à Rambouillet, lors de la visite de Khadafi.

Plus récemment, notre président actuel a souhaité remettre au goût du jour cette journée au grand air pour le gratin. Le président du domaine de Chambord, lieu des réjouissances, signale que les heureux participants rendent un grand service de régulation de la faune :

« Il s'agit simplement de tuer des sangliers et quelques cerfs. Si j'ai un quota de 500 sangliers à Chambord et qu'il y en a 600 sur le domaine, qui est clos de murs, il faut faire des battues de régulation. Si on ne le fait pas sous forme d'invitation, ce sont les gardes qui le feront. »

Ces chasses, quatre battues présidentielles, une dizaine d'autres chasses collectives , ne coûteraient que 12 000 euros avoués, correspondant aux collations des invités.

Mais il y en a aussi de cérémonieuses, collectives ou très privées, avec grand apparât et plus qu'un casse-croûte en guise de repas.

Pierre Charon consultant en communication du président,  et déjà rabatteur de peoples durant la campagne présidenteille de 2007, assume son rôle concernant les gens influents qu'il invite :
 «Je rapporte à Nicolas Sarkozy ce que je picore à Chambord ».

Invité sur France Inter, pétri d'humour, il banalise les festivités dont il est le grand ordonnateur :
« Est-ce que vous dites à Aillagon (président du domaine de Versailles) qu'il organise des parties fines à Versailles dans les bosquets ? Non. Et pourtant le parc s'y prête. » 

 ... ??? Si vous y voyez un quelconque rapport, faites signe ...


À défaut d'images de gratin, en voici de chasseurs ... assez gratinés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Inconnus

 


Si le dicton  "Qui va à la chasse..." pouvait avoir raison...


image :  site.voila.fr/paradiscorse/ Sanglier/Sanglier.htm

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Humeur

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :