Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

beu thérapeu




Cannabis sans frontières,  jeune formation politique née aux dernières Européennes, propose un nouveau système d’assistance à des fins thérapeutiques.

Le cannabis peut-être prescrit pour le traitement des nausées en cas de chimiothérapie, pour stimuler l’appétit des malades du SIDA, ou encore comme anti-douleur pour la sclérose en plaques.

J'ai effectivement connu une personne en Espagne subissant une chimio, à qui le médecin a prescit de fumer de l'herbe à chaque séance et dont les nausées se sont stoppées pendant tout le traitement.

Le soin proposé se fait avec un vaporisateur, ce qui permet de bénéficier des vertus médicinales de la plante sans les ravages du tabac.

Il sera vraisemblablement difficile de poser les statuts d’une association à but  « sanitaire » quand la loi française interdit de présenter le cannabis sous un jour positif.

ll y a des risques à fumer du cannabis à haute dose, bien sûr ; ça ne lui enlève pas pour autant ses vertus. Fumer des clopes et boire de l'alcool comporte aussi leur part de riques. Pour autant, il n'y a pas de répression sur ces deux produits.

Dans les articles que j'ai pu lire depuis des années au sujet du cannabis, c'est toujours "tout pour" ou "tout contre". Alors qu'un ou des débats et des aménagements devraient pouvoir être possibles.

Aux Etats-Unis, 14 États ont déjà réglementé le cannabis thérapeutique et le président Obama a décidé de ne plus poursuivre les malades qui y ont recours. En Europe, (Allemagne, Pays-Bas, Espagne, Autriche, République Tchèque, Italie, Finlande, etc) le large potentiel thérapeutique du cannabis est accepté, reconnu et son accès réglementé.

La France accuse un retard de 15 ans sur ce sujet. Seules 64 personnes bénéficient d'une prescription médicale (donc légale) de Marinol® (THC synthétique), alors que des dizaines de milliers de malades atteints de pathologies lourdes pourraient aussi bénéficier d'un éventail thérapeutique élargi. Cette situation oblige de nombreux malades à recourir illégalement au cannabis (achat ou culture) risquant à tout moment d'être interpellés et condamnés. Cette clandestinité imposée les conduit à l'isolement, à la marginalisation et à l'exclusion sociale.

Cette situation est sans doute la conséquence d'une politique très arrêtée et assez virulente à l'encontre du cannabis. L'état taxe - ô combien - sur l'alcool le tabac mais n'ose peut-être pas en faire autant sur les cigarettes qui font rire ...



Tag(s) : #Société

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :