Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog



Un des plaisirs que j’ai à écrire les billets de ce blog réside dans le fait de partager mes découvertes et coups de cœur, notamment artistiques. Comme vous aurez pu le remarquer, si vous venez me rendre visite de temps en temps, parmi les musiques que j’aime figurent en bonne place les rythmes soul, funk et jazz.


 

Aujourd’hui mon petit bonheur musical du jour consiste à vous inviter à venir voir et entendre Chengetai, une chanteuse venue d’Afrique australe, qui se produira jeudi prochain au Centre culturel Saraba, dans le quartier de la Goutte d’Or, dans le 18ème arrdt de Paris.


Je l’ai déjà entendue chanter dans un café-restau du 19ème lors de la dernière fête de la musique et j’ai été tout de suite sous le charme de sa voix ; elle reprenait des titres de chanteuses noires américaines et chantait ses propres chansons harmonieusement métissées de jazz soul et de rythmes africains. Ayant gardé le souvenir d’avoir passé une excellente soirée grâce à sa voix tour à tour chaude, tonique et savamment modulée, j’ai été ravie d’apprendre que je pourrai à nouveau l’entendre.


Née en 1982 au Zimbabwe Chengetai reçoit ses premiers éléments de formation musicale à Bulawayo, située au centre du pays, dans le milieu des chorales d’écoles ou d’église. Elle garde de cette exposition initiale au répertoire des gospels anglicans le goût de la note parfaite et de la voix angélique, ainsi que la thématique de ses textes, dans lesquels elle évoque, tout en émotion, les variations de l’Amour, qu’il s’agisse de celui d’une fille pour sa mère « Please mama forgive me », d’une femme pour son d’un homme pour ses Anciens « The elders say», ou de l’Homme en général pour la Nature…


Chengetai choisit d’écrire et de chanter tour à tour en anglais et dans sa langue africaine : le Shona, langue bantoue, parlée par près de 80% de la population du Zimbabwe et également utilisée au Mozambique, en Zambie et au Botswana.


Elle enrichit son écriture d’images et d’onomatopées typiquement africaines « Uwi mai we Uwi uwi u » (sorte de "youyous",  longs cris aigus et modulés, que poussent en chœur les femmes du Maghreb et du Moyen-Orient et de certains pays d'Afrique pour manifester une émotion ou une joie collective). Quant à son phrasé, qui n’a par ailleurs rien à envier à celui des meilleures chanteuses de jazz et de soul, elle le contient dans les limites d’une sensualité toute en pudeurs et en soupirs.

 


A few stolen moments

 

Le jeudi 1er octobre 2009

Espace Culturel Saraba
, 16 rue de la Goutte d’Or

Paris - 75018

Concert gratuit à 21H00



mes dix derniers articles !

Tag(s) : #Musique

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :